dimanche 6 novembre 2016

73. Partir en vrille



4 commentaires:

  1. Ah ! mais c’est le petit bois des disciples de Bacchus... !
    Et toi, bien sûr, tu passais là par hasard, en dansant le rock’n’roll de la Nature avec tes gentils Licorneaux... :-)

    Amezeg

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je passais en famille...et j'ai eu une pensée digne de Bacchus :
      je me suis dit qu'avant, on faisait les bouchons avec l'écorce des arbres...et que maintenant, on faisait même les tire-bouchons ! :-))

      Supprimer
  2. C'est bien aux tire-bouchons que j'ai songé en les voyant tourbillonner dans l'air azuré.
    Ces formes étranges me rappellent que je connais un grand bois, une petite forêt pour la région, qui plonge le promeneur dans une atmosphère de contes de fées par les formes étranges, tarabiscotées, invraisemblables, de toute sa végétation moussue et dense, vraiment "psychédélique"...et il se trouve que ce bois est sur un territoire sacré des temps druidiques, son nom en a d’ailleurs gardé la trace.

    Amezeg

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...ça doit être très beau !
      J'adore ce genre d'endroit, il y en a plein en France...et les celtes, qui connaissaient le caractère sacré des forêts, des arbres, des rivières et des sources ont laissé leur empreinte un peu partout...de façon invisible, cependant, puisqu'il ne construisaient pas d'édifices. La nature était leur temple...(comme dirait Baudelaire)... :-)

      Supprimer